Beaumont/Marseille 


Sur un terrain de 100 mètres par 20 desservi par une voie à chaque extrémité, une bande bâtie de 6 m de large a été implantée sur deux niveaux entre une allée de circulation et d'accès au nord et une bande plantée au sud. La bande bâtie a été divisée en quatre segments égaux de 25 m de long chacun. Cette maison est une des quatre, mitoyenne de deux autres. La façade nord n'est percée que par l'entrée principale et les ouvertures sur les pièces d'eau et de services. La façade sud est entièrement vitrée. Une dalle de béton en porte-à-faux, une paroi de persiennes fixes à lames orientables et un écran de toile, mobile, protègent cette façade du rayonnement solaire. La paroi de persiennes est équipée de mécanismes Naco et de lames de red cedar. L'écran motorisé de toile micro-perforée Ferrari et d'aluminium a été mis au point, réalisé et installé par Sarragala.

Toutes les pièces principales ont une paroi au sud. Les matériaux bruts ont été privilégiés, au détriment des doublages et autres faux-plafonds. Toutes les surfaces sont  fortement colorées, et le blanc, rendu inutile par l'apport de lumière des baies vitrées, est quasiment inexistant.

Sur le toit-terrasse des deux maisons centrales, 64 m2 de panneaux solaires dispensent l'eau chaude nécessaire aux planchers chauffants des quatre maisons, pourvoient aux besoins en eau chaude sanitaire, et servent également à réchauffer l'eau des piscines des quatre maisons aux saisons intermédiaires. L'installation générale est regroupée sous cette maison, dans une chaufferie qui abrite également les systèmes de filtration des quatre piscines. Une régulation électronique organise le relais entre le système solaire et une chaudière au gaz naturel.

La cuisine, toute en mdf noir et inox brossé a été entièrement dessinée pour le projet. La lampe Nur d'Ernesto Gismondi est suspendue au-dessus de l'îlot-comptoir, complété par les tabourets Jamaïca de Pepe Cortes pour Amat3. Contre la paroi rouge qui se poursuit sur la terrasse, une photo géante de Guy Bargin, le son de la XL de Geneva Sound, le Servo Muto d'Achille Castiglioni éclairé par la Ledpipe de Joan Gaspar pour Marset, et le Sacco de Gatti-Paolini-Teodoro pour Zanotta. Les Chair One noires de Konstantin Grcic entourent la table Radice de Roberto Barbieri (Zanotta)  , éclairée par les Tolomeo de Michele de Lucchi (Artemide).  Alfa, de Emaf Progetti pour Zanotta, est accompagné de la Lounge Chair et des Rar de Charles et Ray Eamespour Vitra.  Au dessus de l'enfilade en mdf noir suspendue à la paroi de mdf naturel gougé, une série de Françoise Bargin, artiste-peintre à Marseille, est éclairée par la Tizio de Richard Sapper pour Artemide et la Daphine de Tommaso Cimini pour Lumina, et cotoie une scène de plage de Benjamin Chasselon, lui aussi marseillais. Pour éclairer l'espace salon, le lampadaire en verre de Murano  Glo-Ball de Jasper Morrison (Flos), la Parentesi supendue d'Achille Castiglioni (Flos), et Atollo de Vico Magistretti pour Oluce, posée sur un caisson de rangement en mdf noir.  Le système Ya Ya Oh d'Ingo Maurer éclaire la trémie de l'escalier d'acier brut. Le bureau de la série Nomos, dessinée par Norman Foster pour Tecno, est complété par la chaise Aeron (Herman Miller)

IMG0025_2 OK 3308 copie OK 8862 Tunis OK - 6158_1 IMG0074_2 - copie IMG0052_2 - copie Madrague Luyne Loubat